Rwanda: une vérité qui reste si difficile d’accès…

La Chaîne France 24 a interviewé Vincent Biruta, Ministre des Affaires étrangères du Rwanda le 27 avril 2021. Dans son commentaire sur le site de France 24, la chaîne souligne que le Ministre rwandais aurait déclaré que « les deux rapports – l’un en France et l’autre au Rwanda – remis ces dernières semaines à propos du rôle de la France pendant le génocide de 1994 au Rwanda « convergent » et permettent d’envisager d’ouvrir une nouvelle page dans les relations entre les deux pays. Le ministre des Affaires étrangères rwandais admet que les accusations passées d’officiels rwandais, à commencer par le président Paul Kagamé, selon lesquelles la France était non seulement complice, mais également coupable d’avoir participé au génocide, ne sont plus d’actualité ».

Cette formulation utilisée par France 24 ne correspond pas à ce que dit le Ministre rwandais. Vincent Biruta, en effet, ne clôt pas le débat politique et historique. Il dit en effet qu’aucune conclusion ne peut être tirée définitivement.

Voici, en une courte synthèse, ce que dit Vincent Biruta dans cette interview :

« Nous avons salué le rapport de la Commission Duclert comme un pas important dans la bonne direction, c’est à dire dans la reconnaissance de la responsabilité de la France dans le génocide

« mais tout n’est pas dit sur le passé

« des archives restent à mettre à disposition

« des responsabilités lourdes et accablantes ont été établies

« ce rapport est une contribution importante à l’histoire

Il précise :

« Ces deux rapports (Duclert et Muse – Voir sur ce site) constituent une contribution importante à la compréhension du passé. Et c’est une base solide sur laquelle on peut construire l’avenir. Mais cela ne veut pas dire que tout a été dit, que tous les actes posés par les uns et les autres ont été examinés à la loupe, que la conclusion est tirée définitivement… »

L’article « Génocide au Rwanda : enquête sur les non-dits français » de Jean-Baptiste Naudet ( publié dans l’Obs du 29 avril 2021) établit d’ailleurs une liste impressionnante (et consternante) d’archives n’ayant pas pu être examinées par la Commission Duclert.

L’article le souligne : « Et les archives les plus sensibles n’ont pas pu être consultées par les historiens faute d’autorisation, ou bien parce qu’elles ont « disparu » ou n’ont jamais existé. Beaucoup d’ordres, surtout dans l’armée, étaient juste oraux. L’Assemblée nationale a refusé la consultation des archives de la mission parlementaire qui a établi le premier rapport officiel sur le Rwanda en 1998 et qui détient toujours des documents. Quant aux archives du conseiller Afrique de François Mitterrand jusqu’en juillet 1992 − son fils aîné, Jean-Christophe Mitterrand −, elles sont « introuvables ». Des notes de la Direction générale de la Sécurité extérieure (DGSE) n’ont pas été déclassifiées en intégralité. Le pire reste la quasi-disparition des archives de l’institution qui mena de façon opaque, parallèle et quasi illégale la politique et la guerre au Rwanda. C’est-à-dire l’état-major particulier (EMP) de François Mitterrand à l’Élysée. Un unique carton subsiste de cette époque. Le « ménage » a été fait. Le degré d’ouverture des archives est un indicateur du niveau de démocratie d’une société. »

Cette question fut aussi (très correctement) abordée au cours de l’émission « La Grande Librairie » (François Busnel) du 28 avril, en présence de deux écrivains, Jean Hatzfeld et Patrick de Saint Exupéry ayant écrit à propos du génocide de 1994 au Rwanda.

On peut décidément conclure de tout cela, qu’au-delà d’exceptions et du travail effectué, il reste bien difficile de s’approcher de la vérité sur cet événement historique majeur que fut le génocide des Tutsis et avec eux des Hutus ayant eu le courage de refuser l’inacceptable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s