Washington déploie six B-52 en Europe.

B-52Six bombardiers américains stratofortress B-52 envoyés en Europe… de quoi amplifier les risques et les tensions.

Voici le communiqué de l’OTAN du 14 mars dernier indiquant le déploiement, que l’on peut qualifier d’exceptionnel, de six bombardiers appartenant à l’ US Strategic Command, le « STRATCOM », qui assume la responsabilité militaire des forces nucléaires américaines.

« L’armée de l’air des États-Unis a envoyé six bombardiers B-52 à long rayon d’action au Royaume-Uni pour une série d’entraînements dans le ciel européen. Les aéronefs et plus de 450 personnels navigants ont décollé de la base aérienne de Barksdale en Louisiane pour rejoindre celle de la Royal Air Force à Fairford ce jeudi (14 mars 2019).

Se félicitant de ce déploiement, la porte-parole de l’OTAN, Mme Oana Lungescu, a déclaré : « Il s’agit d’un déploiement de routine, mais il prouve que le parapluie nucléaire américain protège l’Europe et met en évidence les moyens exceptionnels que les États-Unis pourraient mettre à contribution de l’Europe en cas de crise. Le déploiement des B-52 est une nouvelle manifestation du profond engagement des États-Unis à l’égard de l’OTAN. »

Les États-Unis ont déployé des bombardiers stratégiques en Europe au moins une fois par an depuis 2014. Tout au long de cette période, la base aérienne de Fairford a pu accueillir les trois modèles de bombardiers américains – B-1, B-2 et B-52 – venus participer à divers exercices avec les pays européens de l’Alliance, tels que les exercices Baltops et Sabre Strike.

Cela fait plusieurs décennies que Fairford sert de base avancée aux États-Unis pour les vols de bombardiers en Europe. Le déploiement en cours constitue le plus grand déploiement de bombardiers B-52 en Europe depuis l’opération Iraqi Freedom en 2003.  Il permettra de voir comment les bombardiers peuvent mener des missions à partir de Fairford et de familiariser les équipages avec les opérations dans le ciel européen, notamment au-dessus de la mer de Norvège, de la mer Baltique et de la Méditerranée.

Le Commandement stratégique des États-Unis supervise le dispositif de dissuasion nucléaire stratégique américain, y compris les déploiements de B-52. Les forces affectées au Commandement sont d’astreinte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour décourager les attaques stratégiques contre les États-Unis et les pays de l’OTAN.

Utilisé par l’armée de l’air des États-Unis depuis les années 1950, le B-52 est capable de porter des armes conventionnelles ou nucléaires. »

https://www.nato.int/cps/fr/natohq/news_164725.htm

On remarque évidemment que ce déploiement intervient alors que les tensions restent fortes entre Moscou et Washington avec, notamment, à la vive confrontation sur le Traité relatif aux forces nucléaires intermédiaires, le Traité FNI de 1987 qui visait à l’élimination de l’ensemble des missiles d’une portée entre 500 et 5500 km. Nous vivons manifestement les dernières semaines de l’existence de ce traité.

Le site « Opex360 » confirme le but stratégique de la décision américaine en soulignant sa destination politique : lancer une sorte d’ avertissement à la Russie. « Selon les données recueillies par le site [russe] PlaneRadar, l’un de ces B-52H envoyés en Europe, portant l’immatriculation 61-0009, a fait un détour par la mer Baltique, où il mis le cap vers la frontière maritime de l’enclave russe de Kaliningrad. Puis, ayant gardé son transpondeur allumé, il fait un demi-tour pour ensuite se diriger vers les côtes britanniques. À une distance d’environ 120 km de la frontière maritime russe, l’avion s’est trouvé pendant quelques minutes dans la zone de l’action des DCA russe », a indiqué, plus tard, le site Sputnik. Ce vol d’un B-52H à distance de tir de la base navale de Kaliningrad est probablement un message envoyé en réponse à un raid simulé de l’aviation russe contre une station radar installée sur l’île norvégienne de Vardø, l’an passé ».

http://www.opex360.com/2019/03/16/lus-air-force-deploie-6-bombardiers-b-52h-stratofortress-en-europe-et-envoie-un-message-a-la-russie/

A noter le langage de guerre froide du communiqué de l’OTAN qui rappelle explicitement que ces bombardiers s’inscrivent dans « le parapluie nucléaire américain qui protège l’ Europe ». Il est pourtant question d’un « déploiement de routine »… comme si l’installation de six bombardiers de ce type, intégrés dans le dispositif stratégique et nucléaire des États-Unis pouvait relever du train-train quotidien. Cette décision américaine ne peut qu’exacerber les tensions, alimenter la course aux armements et nourrir les projets d’une Europe de la défense dans l’esprit d’une « Europe puissance ». C’est d’une toute autre conception de la sécurité internationale par la concertation, par le multilatéralisme, par le désarmement, par le règlement des différends et des conflits dont les Européens ont besoin. Loin de cet atlantisme militarisé qui constitue toujours le fondement de la politique officielle de la France.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s