Jérusalem ou la lâcheté européenne et française.

L’explosion de la colère palestinienne révèle ce qui est devenu insupportable pour tout un peuple : l’occupation militaire, la dépossession territoriale, la répression brutale et le mépris. Le mépris des dirigeants israéliens, de leurs forces armées et des colons pour les droits et pour la légitimité de ceux qu’ils écrasent dans l’impunité totale depuis des décennies. Mais cette insurrection de résistance témoigne aussi de la lâcheté des pouvoirs en Europe et en France, et au-delà, évidemment. Les uns et les autres se drapent dans les beaux principes tout en aidant systématiquement Israël à fouler aux pieds le droit international et les résolutions des Nations-Unies. On peux considérer qu’il s’agit de lâcheté. Voici un court récit explicatif sur cette inacceptable démonstration d’indignité.

Il faut s’en souvenir : le 23 décembre 2016, les 15 pays membres Conseil de Sécurité de l’ONU adoptèrent la résolution 2334 par 14 voix… et l’abstention des États-Unis. Après 8 ans de blocage, Obama laissait donc passer une résolution qualifiée « d’historique » notamment dans une déclaration du bureau de presse des Nations-Unies. Dans cette résolution, le Conseil avait alors très fermement placé l’illégalité de la colonisation au centre de la problématique politique. François Delattre, délégué de la France, approuva la démarche en reconnaissant que « c’est la première fois que le Conseil de Sécurité s’exprime ainsi, de manière aussi claire… ». Il annonça dans la foulée l’organisation par la France d’une conférence internationale pour « revitaliser » le processus de paix.

Cette conférence se tint peu après en présence de 75 pays et organisations internationales, mais sans les principaux protagonistes : ni les Israéliens, ni les Palestiniens. Cette initiative fut qualifiée de « conférence témoignage » ou de « conférence symbolique ». Elle n’eut, en effet, aucun résultat permettant de sortir d’une situation d’impasse résultant principalement de la politique permanente de colonisation israélienne. La vacuité de cette initiative confirma l’impossibilité de nourrir l’illusion de l’existence et de la dynamique d’un « processus de paix » sans s’attaquer vraiment au problème essentiel : la colonisation et la politique du pouvoir colonial. En vérité, ce qui restait du « processus » de paix, fut délibérément achevé par Ariel Sharon. Celui-ci fit effectivement comprendre son intention d’en finir avec Oslo lors de la « ballade » provocatrice qu’il effectua sur l’Esplanade des Mosquées, le 28 septembre 2000. Il en résulta le soulèvement de la 2ème intifada, l’intifada El-Aqsa, qui fit plus de 5000 morts et 30 000 blessés…

Droit international et « droits éternels »…

Naturellement, la résolution 2334 de 2016 fut un événement. En soulevant très clairement la question de la colonisation et de l’illégalité de l’acquisition de territoires par la force, en qualifiant Israël de « puissance occupante » (formulation juridiquement pertinente), en condamnant en termes très nets la construction et l’expansion des colonies de peuplement, la confiscation de terres, la destruction de maisons, le déplacement de civils palestiniens, les violations du droit international humanitaire, en rappelant l’obligation faite à Israël de démanteler tous les avant-postes de colonies établis depuis 2001, en soulignant que le Conseil de sécurité ne reconnaîtra aucune modification aux frontières de juin 1967, y compris en ce qui concerne Jérusalem, en demandant à tous les États de faire une distinction entre le territoire de l’État d’Israël et les territoires occupés depuis 1967, en rappelant la nécessité d’une paix globale, juste et durable sur la base des résolutions de l’ONU, du mandat de la conférence de Madrid, de l’Initiative de paix arabe, en appelant à intensifier les efforts pour mettre fin à l’occupation israélienne… en insistant sur l’ensemble de ces exigences de droit légitimes, cette résolution 2334 suscita la hargne israélienne. Le représentant de Tel Aviv, Danny Danon, usa même d’une formule significative : « qui vous a donné le droit de nous priver de nos droits éternels sur Jérusalem ? » Pour ce haut responsable du Likoud, ancien ministre de la science, peu importe le droit international, pourvu qu’on ait… des « droits éternels ». L’observateur de l’État de Palestine, Riyad Mansour, lui, s’était réjoui de l’adoption de ce texte, après des années de paralysie.

Samantha Power, représentante des États-Unis, formula des réserves pour justifier l’abstention de Washington, sans pour autant lâcher l’allié israélien. Cet allié stratégique essentiel et fidèle auquel Obama, quelques mois auparavant, avait promis un accord de défense à hauteur de 38 milliards de dollars, du jamais vu à ce niveau. Mais la résolution 2334 fut donc adoptée…

Pourquoi est-il important de rappeler tout cela aujourd’hui ?

Le 29 avril dernier, le Conseil de l’UE (c’est à dire les États membres) a nommé un Représentant spécial pour le processus de paix, M. Sven Koopmans. Ce Représentant spécial a maintenant la charge d’agir en conformité avec la résolution 2334 du Conseil de Sécurité. C’est son mandat officiel. Ainsi, les pays de l’Union européenne décident de s’engager, de prendre des initiatives en application de cette résolution. On pourrait dire : très bien ! Bravo ! Allez-y !.. Hélas, il n’a fallu guère plus de 8 jours pour démontrer l’hypocrisie des Européens en général, et de la France en particulier. Certes, on pouvait (on devait) s’y attendre… Mais la démonstration est tellement exemplaire et accusatrice qu’il vaut la peine de s’y attarder un peu.

En réponse à la crise concernant Jérusalem, le projet d’expulsions de familles et la colonisation à Sheikh Jarrah, le porte parole du Service Européen pour l’Action Extérieure (le SEAE dirigé par Josep Borell), publia une déclaration d’une grande faiblesse, renvoyant dos à dos Israéliens et Palestiniens, soulignant que « la violence et l’incitation sont inacceptables et les auteurs de toutes parts doivent être tenus pour responsables ». La déclaration appela les dirigeants politiques, religieux et communautaires de tous bords à faire preuve de retenue et de responsabilité, etc… Exit la question essentielle de la colonisation, c’est à dire la cause même des problèmes si bien explicités et si bien dénoncés dans la résolution 2334…Ce n’est pas un recul. C’est un effondrement.

Dans le même esprit, les envoyés du Quartet (dont on a pas entendu parler depuis des années) se sont permis un communiqué conjoint exprimant leur « inquiétude » (quelle audace), dénonçant des « affrontements » et des violences, appelant toutes les parties à maintenir et à respecter le statut quo sur les Lieux saints, etc… Là encore, exit la résolution 2334 et la problématique fondamentale de la colonisation et de l’occupation, donc du droit international et des résolutions des Nations-Unies. Adieu les grands principes. Même le Coordinateur spécial (très spécial…) de l’ONU pour le processus de paix aux Moyen-Orient, Tor Wennesland, s’est exprimé dans le même sens.

De possibles crimes de guerre, dit l’ONU.

Les Nations-Unies ont cependant exhorté Israël à mettre fin à toute expulsion forcée de Palestiniens à Jérusalem-Est, en avertissant que ses actions pourraient constituer des « crimes de guerre ». « Nous demandons à Israël de mettre immédiatement fin à toutes les expulsions forcées », a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme, au cours d’un point de presse le 7 mai à Genève.

La France et ses partenaires européens perdent ainsi encore un peu plus de leur crédibilité et même de leur dignité dans cette consternante lâcheté face à la répression coloniale israélienne et au mépris de Tel Aviv pour toute légalité internationale. Remarquons que les Européens et la France cherchent en permanence à légitimer leur positionnement en se référant au « processus de paix ». Celui-ci, cependant, c’est l’évidence même, est mort et enterré depuis environ 20 ans. Mais la fiction de l’existence d’un cadre et d’un esprit de négociation qui serait internationalement reconnu leur permet, en dépit des réalités, de traiter sur un pieds d’égalité, l’occupant et l’occupé, le colonisateur et le colonisé, celui qui bafoue le droit et celui qui lutte pour faire respecter le sien. Comme si Israéliens et Palestiniens étaient des alter ego dans la responsabilité et dans une dynamique de règlement politique. Cette fiction n’a réellement jamais existé. Elle est encore plus dénuée de vérité et de légitimité aujourd’hui. Cette fiction, qu’il faut clairement dénoncer, c’est le masque fragile de la lâcheté européenne et française.

Comme réalité juridique, politique et éthique, il n’y a plus aujourd’hui qu’un très brutal face à face qui oblige à choisir : le face à face des Palestiniens et de la puissance coloniale avec ses troupes, ses blindés, ses bombardiers et ses colons armés. En tuant Oslo, les Israéliens ont mis les Européens et la France, mais aussi tous les autres acteurs concernés dans le monde, devant un défi qu’ils ne veulent surtout pas relever : soit vous contribuez, par votre politique, à l’occupation et à la colonisation israélienne, soit vous exigez l’application du droit, et vous prenez réellement des initiatives concrètes dans cette voie. Il n’y a plus de champ intermédiaire qui puisse autoriser la posture hypocrite et mensongère consistant à s’exonérer d’un choix dans l’alternative : ou bien la guerre contre les Palestiniens, ou bien la paix dans l’application du droit et dans la justice. 11 05 2021

2 commentaires sur “Jérusalem ou la lâcheté européenne et française.

  1. Bonjour camarade. Merci de rappeler cette résolution 2334 et sa mise à mort hypocrite par les grandes puissances qui continuent de soutenir le pouvoir colonial en Palestine, comme leur principal allié dans la région. Ils ont non seulement enterré les «accords de paix», mais toute possibilité de recours à la légalité internationale ! Reste la Cour Pénale internationale qui s’est considérée comme compétente pour juger les actes du régime sioniste d’occupation et d’apartheid. Reste aussi la dure résistance du peuple palestinien pour recouvrer ses droits, à côté de la solidarité internationale à travers le soutien à cette campagne de boycott BDS qui se développe à l’échelle du monde !
    Toute mon amitié,
    Porte-toi bien.
    Jounaïdi

    J’aime

Répondre à Jacques Fath Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s